Association de jeux sur Angers

Vous n'êtes pas identifié(e).

#31 2017-09-28 22:00:31

Darius PlimSorcelius
Membre du bureau

Re : Génération perdue. CR des parties.

C était après 23h30  ops


les pas silencieux de Cornélius, alternent avec les litanies de Gunter...

Hors ligne

#32 2017-11-10 16:58:14

Thomas Holm
Membre des conjurés

Re : Génération perdue. CR des parties.

Pour reprendre le fil de nos aventures, après avoir terminé notre enquête au pays de Galles, non sans occire quelques démons et autres sorciers moyens, le fameux Philippe Pernoud, que nous avions rencontré à l'église, nous invite à le rejoindre, lui et la charmante Marie Joseph Maillapartir, au château 'Le Bourg", sur les bords de la Mayenne. Nous apprenons que Dominique, le vrai, l'Archange, est revenu sur terre. C'est d'ailleurs grâce à lui que nous avons reçu nos nouveaux pouvoirs.
A son service, Philippe et Marie Jo ont commencé à reconstituer une cellule d'anges revenus au grand jeu. Pas certain d'ailleurs que nous correspondions exactement aux critères définissant ce qu'est un bon ange pour ces comiques. Mais enfin. Qu'à cela ne tienne, nous écoutons ce qu'ils ont à nous offrir. Ils nous présentent d'ailleurs aussi un ange à l'air plutôt sympathique, malgré son blaze humain, mais bon, on ne choisit pas vraiment ces choses là. Bryan.

Nos hôtes nous informent qu'ils sont inquiets pour un ange de leur groupe dont ils n'ont plus de nouvelles depuis Trois semaines. Il s'agit d'un certain Bernard Maure, antiquaire de son état domicilié au 3, place Clichy, à Paris. Son dossier complet sera transmis sur nos boîtes mél. Marie-Jo lâche malgré tout qu'elle n'a pas une entière confiance dans le bonhomme, qu'elle trouve honteusement matérialiste. Tu m'étonnes un ange de Janus. Et encore, elle n'a pas assisté aux crises de Johana et Louis Philibert. Nous devons donc aller voir si tout va bien et éventuellement agir en conséquence.

Nous découvrons donc un bel immeuble bourgeois au trois place Clichy. Nous ne trouvons qu'une sonnette pour le concierge. Ce dernier est un vrai de vrai. Il défend l'immeuble bec et ongle et refuse de nous laisser entrer. Impulsif, (d'ailleurs c'est surprenant, ce n'est pas dans ses habitudes, peut-être un crise d’hémorroïdes?) Louis Philibert assomme le pauvre homme et nous entrons. On s'occupe du chien, on ligote de concierge et nous rendons vers le cinquième étage pour visiter l'appart de Nanar.
C'est un appartement luxueux, décoré à l'ancienne, plein d'antiquités en tout genre. L'écoute du répondeur nous permet de découvrir trois messages intéressants: Une certaine Jacqueline qui remercie Bernard pour la charmante soirée passée en sa compagnie, Marie Joseph qui semble inquiète et demande des nouvelles et enfin un certain Henri qui dit : "Putain vieux, fais pas de conneries! Attends-moi!"
Nous trouvons également un vieux photomaton de Bernard et un carnet d'adresses contenant les coordonnées de Jacqueline et Laurent Beaumarchais, mais aussi d'Henri Walter.

Nous appelons Marie-Jo pour lui raconter tout ça et obtenir d'autres informations si elle a, notamment à propos de cet Henri. Elle nous apprend qu'un certain Henri Walter est connu comme un ange mais n'a pour l'instant pas souhaité rejoindre la section. Nous décidons donc de l'appeler.
Il accepte un rendez-vous place Clichy et nous apprend que Bernard comptait intervenir contre des dealers de coke qui sévissent devant chez lui. C'est pour ça qu'Henri, alors en déplacement, lui demandait de l'attendre avant d'agir.
Nous décidons d'essayer de rencontrer les dealers en question pour les cuisiner un peu, n'ayant rien appris d'intéressant en appelant Jacqueline et Laurent. Henri est une force de la nature, garde du corps, au service de Walter. Nous approchons les dealers, qui se méfient, et décidons d'en kidnapper un pour le cuisiner un peu. Forcément, comme c'est Louis qui pilote, ça ne se passe pas aussi bien que prévu et des coups sont échangés, la voiture finit accidentée mais les copains parviennent tout de même à partir. Moi je me fait emmener par les flics avec un des guetteurs. Les bleus pensent que j'étais venu m'approvisionner. Je parviens malgré tout à les convaincre que c'est le guetteur qui m'a agressé quand je passais dans le coin.
Entre temps, le dealer a fini par lâcher quelques informations. Le big boss serait un certain Mr Berroué, banquier, et un malade (sans doute Bernard) l'aurait agressé. Les collègues avaient obtenu un rendez-vous avec un certain Gérard, le grossiste, dans un hangar en Seine Saint Denis. Mais flairant l'embrouille, ils décident de ne pas y aller. Avec des gros sabot, Henri tente une autre approche, plus directe, appelant directement le grossiste pour négocier, mais ça ne marche pas. Retour au point de départ, ou presque.
De mon côté, j'ai retrouvé tout le monde à la maison, place d'Italie.

Dernière modification par Thomas Holm (2017-11-10 17:35:37)


Qu'est-ce que vous faites chier à baisser vos merdes là? Y'a qu'à mettre tout à fond! Le rock c'est tout à fond!

Hors ligne

#33 2017-11-10 18:24:09

Darius PlimSorcelius
Membre du bureau

Re : Génération perdue. CR des parties.

Un bon CR, avec de la mémoire et du style ... bravo Thomas Holm wink
Toujours un plaisir de te lire.


les pas silencieux de Cornélius, alternent avec les litanies de Gunter...

Hors ligne

#34 2017-11-16 22:33:03

Thomas Holm
Membre des conjurés

Re : Génération perdue. CR des parties.

Attention! Message à caractère informatif:
Une erreur s'est glissée dans le précédent CR. Saurez-vous la retrouver?
Un indice peut être? C'est une triste affaire de prénom.


Qu'est-ce que vous faites chier à baisser vos merdes là? Y'a qu'à mettre tout à fond! Le rock c'est tout à fond!

Hors ligne

#35 2017-11-16 22:44:18

Odense
Maitre de jeu

Re : Génération perdue. CR des parties.

L'erreur sera réparé dans le prochain cr, publié bientôt...


Thor : Marteau ! Marteau !
Darcy : Ouais, ça se voit que vous êtes marteau, c'est même évident.

Hors ligne

Forums